Méridienne | Les amis de la librairie Géronimo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Rencontres de Géronimo

Vous trouverez ici le programme des rencontres organisées par la librairie Géronimo, 2 rue Ambroise Thomas à Metz

pour contacter Jacques Fourès et ses collaborateurs, le téléphone est le: 03 87 74 48 01

Fil des billets

mercredi 15 octobre 2014

Un récit de l'exil

samedi 18 octobre / 16h

Marie-Aimée Lebreton

Cent sept ans

- éditions Buchet Chastel -

De son enfance, Nine ne connaît que la rencontre de ses parents en Algérie, leur amour trop bref et la mort du père fauché par la guerre. Madame Plume sa mère évoque à peine la vie d'avant et la fuite du village de Kabylie pour s'installer dans le Nord de la France, où elles ont vécu à l'écart du monde. Au mutisme maternel, la petite oppose une soif de savoir, de comprendre et de se libérer qui passera par l'apprentissage du piano, du langage, et aussi par un retour sur la terre des origines.

Ce court récit de l'exil épouse le rythme et la poésie du conte pour évoquer la quête identitaire d'une femme éblouie par les lumières de son enfance.

Marie-Aimée Lebreton est née en 1962 à Bouïra en Kabylie. Docteur en philosophie de l'art et diplômée du conservatoire national supérieur de musique de Paris, elle est maître de conférence à l'université de Lorraine et vit à Paris. Elle a publié un premier ouvrage en 2005 aux éditions Pleins Feux : "Comment clémentine, sourde, devint musicienne".

"Nine est petite, si petite qu'elle a l'impression de grandir parmi les géants. D'ailleurs, la mère aussi est une géante, tant ses gestes la lui rendent immense. On l'habille, on la coiffe, parfois on lui chante des chansons. Dans toutes les histoires d'enfant, il y a un père. Le sien n'est pas là. Après sa mort, on l'a jeté dans une cabane en bois."


les 11h11 de l'étage / philosophie

samedi 11 octobre 2014

couverture de survie

jeudi 16 octobre / 18h

Olivia Rosenthal

Mécanismes de survie

                    en milieu hostile

- éditions Verticales -

"Les faits ne se contentent pas d'arriver, ils reviennent. Qu'on les accepte ou non, ils sont plus insistants et plus entêtés que les stratagèmes qu'on invente pour les éviter. Ecrire fait partie de ces stratagèmes. On croit contrôler, répartir, organiser et tenir le réel sous sa coupe et la plupart du temps on se laisse déborder. On avance aveuglément vers le dénouement pour découvrir in extremis qu'en fictionnant le monde on a seulement essayé de retrouver ce qui avait eu lieu et qu'on avait oublié."

Olivia Rosenthal a publié neuf fictions aux Editions Verticales, notamment "Les fantaisies spéculatives de J.H. le sémite" (2005), "On n'est pas là pour disparaître" (2007, prix Wepler), "Que font les rennes après Noël ?" (prix du Livre Inter 2011) et "Ils ne sont rien dans mes larmes" ("Minimales" 2012)

lundi 6 octobre 2014

Portrait polyphonique

samedi 11 octobre / 16 h

Linda Lê

Œuvres vives / roman

Par ailleurs, (exils) / essai 

- éditions Christian Bourgois

Linda Lê sera à la librairie Geronimo, en présence de son éditrice Dominique Bourgois

Au cours d'un séjour au Havre, un jeune journaliste découvre un livre d'un mystérieux écrivain nommé Antoine Sorel. La lecture de ce roman le bouleverse, il s'interroge sur son auteur, dont il sait seulement qu'il a vécu toute sa vie dans cette ville portuaire.

Le lendemain de sa découverte, il apprend la mort, à quarante-cinq ans, de l'écrivain. Pour payer sa dette de lecteur, et parce que, pense-t-il, la mort ne doit pas avoir le dernier mot en littérature, il décide de ressusciter Antoine Sorel à travers un livre d'hommage.

En rencontrant ses proches, en faisant sienne la forme d'une ville, en enquêtant auprès des femmes que Sorel a aimées, il ne cherche peut-être pas seulement à assurer le salut de l'écrivain, mais aussi le sien.

Livre des solitudes et de la quête des origines, ce roman est d'abord celui de la ferveur et de son pouvoir de résurrection.

Linda Lê est née en 1963. Elle habite Paris. Depuis Dalat, sa ville natale du Viêt-Nam, jusqu'à Paris, il y a eu de nombreuses étapes : Saigon d'abord et ses études au lycée français, puis après la chute de Saigon, son rapatriement en France avec sa mère française et sa sœur. Après avoir publié très jeune trois livres, elle a publié "Les évangiles du crime" dont une presse unanime a salué l'originalité exceptionnelle. En 1993, Christian Bougois a édité son cinquième livre, le roman "Calomnies" (traduit et publié aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et au Portugal), puis en 1995, "Les dits d'un idiot". "Les Trois Parques" et "Voix" ont paru chez Christian Bourgois Editeur en 1998, "Lettre morte" en 1999, "Personne" en 2003, "Kriss/L'homme de Porlock" en 2004, "In memoriam" en 2007 et "Cronos" en 2010.

Linda Lê obtient le prix Wepler-Fondation de La Poste 2010 pour "Cronos".

 

samedi 4 octobre 2014

écriture du corps et des sensations

jeudi 9 octobre / 18h30

Fabienne Jacob

Mon âge

- éditions Gallimard -

"Quand on entre dans un rêve, un cinéma, un hypermarché, une forêt ou un autre corps, on n'a plus d'âge."

Au commencement, il y a une femme qui se démaquille devant son miroir. Quel âge a-t-elle ? Tous les âges et aucun. L'âge de ses expériences. Celles qui font descendre au plus profond de soi, plonger dans la matière rugueuse d'une écorce d'arbre auquel on s'enroule, dans le noir bruissant d'une penderie de maîtresse d'école ou dans une piscine de maison de repos. Que ce soit au fond des cinémas tendus de rouge ou au fond des lits tièdes, le temps n'est pas ce que l'on croit. C'est un tournoiement qui rend toute séduction et tout jugement caducs. Jusqu'à la seule question qui vaille vraiment : celle du temps intérieur. Le seul qui ne passe pas.

Fabienne Jacob renoue ici avec l'écriture du corps et des sensations.

lundi 29 septembre 2014

les 11h11 de l'étage / Histoire d'en parler

lundi 22 septembre 2014

les 11h11 de l'étage / l'espace littéraire

dimanche 7 septembre 2014

les 11h11 de l'étage / l'espace littéraire

Les 11h11 de l'étage reprennent à partir du samedi 13 septembre.

Nous commençons par la littérature mais nous continuerons également les 11h11 histoire et les 11h11 philosophie

lundi 16 juin 2014

les 11h11 de l'étage / l'espace littéraire

vendredi 13 juin 2014

les 11h11 de l'étage / l'espace littéraire

les 11h11 de l'étage 

samedi 14 juin 

avec Robert Scholtus /

Charles Péguy : "Je ne puis oublier que je suis philosophe"

dimanche 1 juin 2014

les 11h11 de l'étage / Philosophie

lundi 26 mai 2014

les 11h11 de l'étage / Histoire d'en parler


Gabon, Tchad, Zaïre, Togo, Rwanda, Somalie, Comores, Centrafrique, Côte d'Ivoire, Mali, la France n'a pas cessé d'intervenir en Afrique noire depuis l'indépendance des pays qui la composent.

Qu'a-t-on fait et que fait-on encore en Afrique "au nom du peuple français" ? Pourquoi notre démocratie admet-elle un "domaine réservé" du président ? Pourquoi soutient-elle des despotes ?

Que savons-nous vraiment de ces opérations  (leurs mobiles, leurs acteurs, leurs buts) qui engagent notre pays, son image, ses valeurs ?

Qu'a fait réellement notre pays pour s'attirer l'accusation de néocolonialisme, et plus grave encore, celle de complicité de génocide ? Faisons aussi un constat : combien de défilés, de manifestes contre les violences et les injustices en Afrique ? Combien de défilés pour en savoir plus sur l'implication éventuelle de la France dans le génocide commis au Rwanda contre les Tutsis ? Certes des individus, des groupes se mobilisent, mais quel en est l'écho dans les médias grand public ?

NB : l'exposé portera sur l'Afrique subsaharienne, dite "Afrique Noire".

dimanche 18 mai 2014

les 11h11 de l'étage / l'espace littéraire

Sorcy : une aventure industrielle et humaine

jeudi 22 mai / 19h

Sorcy, 

ses usines à chaux

et sa cité disparue

François Dosé

- Dossiers documentaires meusiens -
Qui se souvient encore, même à Sorcy, qu'entre les carrières et les fours à chaux, il y eut, du début du XXème siècle à 1993, une Cité avec "une grande famille", des habitations pour le personnel, une école, une chapelle, une infirmerie, un stade, une "coop" et, aussi, une direction omniprésente ?
François Dosé est un enfant de cette Cité. Son père a travaillé aux fours à chaux de Sorcy, une entreprise qui fut longtemps un fief de Wendel avant de connaître, depuis 1987, un nouvel essor au sein du groupe Lhoist.
Pour que la belle aventure industrielle et humaine de Sorcy ne tombe pas dans l'oubli, il a interviewé près de 300 témoins et compulsé une grande masse d'archives publiques ou privées.
Son livre restitue une véritable saga industrielle avec ses moments de fort développement et ses périodes plus difficiles, notamment pendant les deux guerres mondiales. Il met aussi à la disposition de tous un ensemble de documents uniques, désormais sauvés de l'oubli. C'est assurément, un des plus beaux ouvrages consacrés au patrimoine industriel lorrain.
François Dosé, instituteur, fut maire de Commercy (1977 à 2008), conseiller général de la Meuse, conseiller régional de Lorraine et député (1997 à 2007). Depuis l'abandon de tous ses mandats en 2008, il a consacré son temps disponible à la réalisation de cet ouvrage sur Sorcy, ses usines à chaux et sa Cité.

mercredi 30 avril 2014

l'épreuve / regards croisés

samedi 10 mai / 16h

Cinq éloges de l'épreuve

Nathalie Sarthou-Lajus

ouvrage cosigné avec Sylvie Germain, Véronique Margron, Elena Lasida, Anne Lécu

préface de Robert Scholtus

- éditions Albin Michel -

Cette rencontre s'inscrit dans le prolongement de "L'éloge du tragique" que Nathalie Sarthou-Lajus a prononcé le 9 mars dernier à la cathédrale de Metz. Le texte de sa conférence fait partie des Cinq éloges de l'épreuve (Albin Michel, 2014) 

Parce qu'elle nous dépasse, l'épreuve, en bouleversant tout, nous amène à l'essentiel. Cinq femmes en font ici l'éloge : la romancière Sylvie Germain, la philosophe Nathalie Sarthou-Lajus, le médecin Anne Lécu, la théologienne Véronique Margron et l'économiste Elena Lasida. Ensemble, elles découvrent des territoires inexplorés, ceux d'une traversée qui prend enfin sens.
Leurs regards croisés interrogent la rupture, le tragique, les larmes, la solitude ou le manque. Ces cinq éloges sont une lutte contre la peur que l'épreuve provoque. Ils dévoilent ainsi une force capable de transcender toute paralysie. Une force qui porte, contre toute attente, la grâce de l'espérance.


De livre en livre, Nathalie Sarthou-Lajus élabore une anthropologie de la liberté qui, plutôt que de se soumettre à toutes les formes contemporaines du destin et aux injonctions actuelles de sécurité et de bonheur, entend faire face au tragique de l'existence. Car l'effroi tragique délivre aux hommes un enseignement sur leur dénuement à partir duquel s'éveillent en eux un radical désir de vivre, une capacité de solidarité à la hauteur des dangers qui les menacent et une espérance de salut.

Nathalie Sarthou-Lajus est rédactrice en chef adjointe de la revue ETUDES, mensuel de culture contemporaine fondé par les jésuites. Philosophe, elle est l'auteur de plusieurs essais dont "Sauver nos vies" (Albin Michel, 2013), "Eloge de la dette" (PUF, 2012), "La défaite de la volonté" (Seuil 2005).

samedi 19 avril 2014

les 11h11 de l'étage / Histoire d'en parler

Foules enthousiastes applaudissant Mussolini, femmes en larmes pour toucher le bout des doigts de Hitler, cortèges interminables lors des obsèques de Staline; Est-ce explicable seulement par la terreur ? Et/ou par l'intérêt.

Et s'il y avait d'autres raisons, de celles que beaucoup ne veulent pas avouer ?

Aline Cordani tentera de répondre à ces questions en s'appuyant en partie sur une étude récente de Ch. DUGGAN : "Ils y ont cru - une histoire intime de l'Italie de Mussolini" (Flammarion, 2014) et Jacques Fourès avec la lecture d'extraits d'un roman de A. GARLINI : "Les noirs et les rouges" (Gallimard, 2014).

Alberto Garlini, écrivain italien contemporain, retrace dans "Les noirs et les rouges" le parcours de Stefano Guerra, jeune exalté qui sombre dans la violence néo-fasciste qui secoue l'Italie des années 70.

lundi 14 avril 2014

les 11h11 de l'étage / Philosophie

dimanche 30 mars 2014

de Belleville à la vallée des morts d'Abydos

samedi 5 avril / 15 h

Aline Kiner

La vie sur le fil

- éditions Liana Levi
Une cabine téléphonique à Belleville. Une sonnerie qui résonne dans le vide chaque jour à midi.
Répondre serait absurde. C'est pourtant ce que fait Eva. Pour cette jeune femme qui a mis sa vie entre parenthèses depuis qu'un cancer la menace, la voix venue des bords du Nil va devenir un point d'ancrage. C'est grâce à cette voix, grâce aux récits désormais quotidiens que lui fait Gabriel, un photographe parti réaliser un reportage sur la vallée des morts d'Abydos, qu'elle saura faire sienne la vision de l'au-delà des anciens égyptiens : un fil tendu entre passé et présent, un passage de l'obscurité à la lumière.
Comme ses personnages, fragment après fragment, Aline Kiner façonne un roman pudique et solaire sur notre peur du néant et des rendez-vous manqués.

Aline Kiner est née en Moselle et vit aujourd'hui à Paris où elle est rédactrice en chef des hors-série du magazine Sciences et Vie. Aux éditions Liana Levi, elle a publié "Le jeu du pendu" courronné par les prix Interpol'Art et Georges Sadler 2011. "La vie sur le fil" est son second deuxième roman.

http://www.lianalevi.fr/f/index.php

samedi 22 mars 2014

quand les philosophes vont au cinéma

Pierre-Damien Huyghe

Le cinéma avant après

- éditions incidence

Professeur de philosophie et d'esthétique à l'université de Paris / Panthéon-Sorbonne, Pierre-Damien Huyghe présentera son ouvrage "Le cinéma avant après".

Du fait de ses moyens techniques, le cinéma s'est développé à l'écart des postulats de la philosophie et de la culture classiques. De cette façon les réalisateur ont pu renouveler notre expérience sensible des choses du monde;

Pierre-Damien Huyghe sera également au cinéma Caméo-Ariel 

vendredi 28 mars / 18h30

dans le cadre d'un cycle de conférences-projection : "Quand les philosophes vont au cinéma..."

Toutes les informations sur le site : http://cineart.metz.free.fr

dimanche 16 mars 2014

les 11h11 de l'étage / Histoire d'en parler


"Pleurard" (Musset) ? "Femmelin" (Proudhon) ? Un rêveur égaré dans la politique ? Une lyre inconsistante ? Un ambitieux cherchant l'appui des foules, comme l'en a accusé Tocqueville?
Poète oublié, politique souvent caricaturé dans les manuels, tel est aujourd'hui Lamartine. Et pourtant, lucide, généreux, libéral, critique, il n'hésite pas à s'engager contre son milieu, contre les pensées dominantes, "homme du temps", mais homme seul, dont son biographe Henri Guillemin disait :

"Un méconnu, un homme qui n'aura pas cessé de se poser le problème des problèmes : le sens de la vie, le secret du monde. Il a opté, il a parié, quant à lui, dans le noir, résolu à faire comme si Dieu existait, à travailler comme si l'effort humain servait à quelque chose".

Hors série, le monsieur ; de grand format moral ; de très grand format, et un homme à redécouvrir à notre époque de cynisme et de réalisme démobilisateur.

- page 1 de 7